Cameroun : De quoi se plaignent ces ministres du gouvernement de Paul Biya?

0
510

Extrait de la question préalable de l’hon jean Michel Nintcheu sur la répartition des enveloppes budgétaires.

1- Les recommandations du Grand Dialogue National tenu en 2019 ont prescrit un investissement minimum de 3.500 milliards FCFA pour la reconstruction des deux régions du nord-ouest et du sud-ouest. Et pour un début, 10% soit 350 milliards devaient être immédiatement consacrés à cet effet dès le départ. En 2021, 130,088 milliards FCFA (contre 120 milliards FCFA en 2020) ont été alloués pour les réhabilitations/restructurations, les interventions en investissements et les participations de l’État sur l’ensemble du territoire, y compris la fraction consacrée aux deux régions du nord-ouest et du sud-ouest qui n’est du reste pas définie et qui reste à déterminer.

2- Les dépenses en infrastructures se chiffrent globalement à 570,3 milliards FCFA pour l’ensemble du pays, y compris les régions du nord-ouest et du sud-ouest. Ce qui est très insuffisant car ne représentant qu’à peine 12% du budget global qui est de 4865 milliards FCFA.

3- Le  Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration dispose d’un budget de 3,466 milliards FCFA dont 20% sont effectivement consacrés au désarmement et à la démobilisation des ex-combattants (385 millions et  (281,5 millions FCFA) pour leur réintégration. Rien que pour les régions du nord-ouest et du sud-ouest, le budget de ce Comité est également très insuffisant pour ne pas dire insignifiante compte tenu de la gravité de la crise.

4- En plus d’être potentiellement porteur de déflagrations de toutes sortes, ce projet de budget revêt un caractère profondément jouissif, socialement indigeste et économiquement inconséquent en pleine pandémie de Covid-19.

a- Les dépenses de consommation des biens et services sont passées de 523,1 milliards FCFA en 2020 à 570,3 milliards FCFA (une augmentation de plus de 47 milliards FCFA) avec entre autres :

* Carburants et lubrifiants qui passe de 31.093 milliards FCFA en 2020 à 35,95 milliards FCFA en 2021 soit une augmentation de près de 4,9 milliards FCFA.

* Les Frais de représentation, de missions, de réceptions et de cérémonies passent EN PLEINE PANDÉMIE DE COVID-19 de 58,56 milliards FCFA à 70,8 milliards FCFA soit une augmentation de 12,24 milliards FCFA qui est supérieure au budget du ministère des affaires sociales (10,549 milliards FCFA).

* Les Frais de représentation, de missions, de réceptions et de cérémonies (70,8 milliards) représentent:

–  trois fois le budget de l’Assemblée nationale (24,682 milliards FCFA).

– plus du double du budget du ministère de l’administration territoriale.

– – l’équivalent des budgets réunis du ministère de la justice (60,607 milliards FCFA), de la Cour suprême (4,130 milliards FCFA) et du ministère des arts et de la culture (4,727 milliards FCFA)

– pratiquement l’équivalent des budgets réunis du ministère de la décentralisation et du développement local (46,088 milliards FCFA), du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle (19,012 milliards FCFA) et du ministère de la communication (4,618 milliards FCFA).

– pratiquement sept (07) fois le budget du ministère des affaires sociales (10,549 milliards FCFA).

– pratiquement les budgets réunis du ministère de l’enseignement supérieur (65,148 milliards FCFA) et du ministère de la recherche scientifique et de l’innovation (6,691 milliards FCFA).

– un montant supérieur aux budgets réunis du ministère de l’économie, du plan et de l’aménagement du territoire (51,247 milliards FCFA).

b- La première dépense budgétaire après les dépenses du personnel de l’État est le service de la dette. Le gouvernement dépensera plus pour le service de la dette que pour toutes les infrastructures. Le gouvernement dépensera plus pour le service de la dette que pour l’enseignement, la formation et la recherche réunis. Le gouvernement dépensera pour le service de la dette que pour la défense nationale,  la sécurité nationale et la santé réunies. À titre d’illustration, pour 2021:

Service de la dette : 982,4 milliards FCFA

Enseignement, formation et recherche : 685,9 milliards FCFA

Défense et sécurité : 333,08 milliards FCFA

Santé : 197,12 milliards FCFA (hors fonds covid-19)

Infrastructures : 570,3 milliards FCFA.

LE SERVICE DE LA DETTE EST CONSIDÉRABLE

De ce qui précède, je demande le renvoi de ce projet loi au gouvernement pour mieux se pourvoir

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici