Cameroun – Crise Anglophone : Voici l’offre du Vatican et du pape François à Paul Biya

0
322

Le légat du pape François au Cameroun, le cardinal Pietro Parolin, a dévoilé au président de la République, Paul Biya, le message du St Père au cours de l’audience qu’il lui a accordée vendredi dernier au Palais de l’Unité.

Par Essingan

En visite au Cameroun, depuis la veille au soir où, il a été accueilli par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, le secrétaire d’Etat près le Saint siège, Pietro Parolin, a été reçu par le président de la République, Paul Biya, vendredi 29 janvier 2021. Pendant une heure, le chef de l’Etat et son hôte ont fait le tour d’horizon sur des sujets d’intérêt commun, notamment la situation sociopolitique dans le pays ainsi que les relations qu’entretiennent le Cameroun et le Saint-siège. S’exprimant devant la presse, le cardinal italien Pietro Parolin a relevé que l’entretien s’est déroulé dans une atmosphère empreinte de cordialité. Il a cependant dévoilé au chef de l’Etat avant le reste de ses concitoyens, le message du pape François à l’ensemble du peuple camerounais.

«Je suis ici pour manifester l’attention et la solidarité du Saint-Père François envers le Cameroun, surtout en ce moment où il expérimente un conflit sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Nous souhaitons que la paix revienne dans ces régions», a souligné le légat du souverain pontife. Il a par ailleurs qualifié d’excellentes, les relations bilatérales entre le Vatican et le Cameroun. «Nos relations sont bonnes, nos relations sont cordiales. Ma visite ici est un autre signe de la cordialité de nos relations». Le cardinal Parolin a affirmé la disponibilité du Saint siège et de l’Eglise catholique en général à contribuer au retour de cette paix en soutenant les efforts menés par les pouvoirs publics.

Lettre morte

L’envoyé spécial du pape François a donc remis l’Eglise au coeur de la résolution du conflit qui déchire les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest depuis bientôt quatre ans. Le président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc), Mgr Abraham Kome, exposant la situation au numéro 2 du Saint siège n’a pas manqué de souligner que les offres de paix du clergé catholique au Cameroun n’avaient pas prospéré. «L’offre de médiation de l’Église catholique a été rejetée et la demande au président de recevoir les évêques est jusqu’ici restée lettre morte» s’est plaint Mgr Kome devant le cardinal Parolin, vendredi dernier au cours d’une session avec les évêques du Cameroun au siège de la Cenc.

Cela fait plusieurs années que le Vatican suit de près la crise dans les régions anglophones du Cameroun. Mais le raidissement des bandes armées traquées au cours des derniers mois et l’augmentation de la violence conduisent le Saint Siège à s’engager directement sur le terrain. En dépêchant son secrétaire d’État sur place, le pape François veut envoyer un message fort de réconciliation et faire en sorte que l’Eglise catholique du Cameroun puisse peser plus dans le processus de paix. Raison pour laquelle, le cardinal Parolin a solennellement délivré le message de paix du pape François hier dimanche, 31 janvier, au cours de la messe pontificale qu’il a célébrée en la cathédrale St Joseph de Bamenda.

Pendant cette eucharistie, Pietro Parolin a imposé le pallium au nouvel archevêque de Bamenda, Mgr Andrew Nkea Fuanya. C’est dans cette région du Nord-ouest qu’en novembre dernier l’archevêque émérite de Douala, Mgr Christian Tumi, très engagé lui aussi pour la paix, avait été enlevé par des éléments des groupes armés séparatistes. Une prise d’otage qui avait provoqué la stupeur à Rome.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici