Cameroun – Covid-19 : Le Business autour des morts fait florès

0
294

L’épidémie du Covid‐19 révèle chaque jour un peu plus, son arrière‐cour. Depuis les premiers moments et pendant longtemps, le traitement des dépouilles a été l’objet de controverse. Sommairement inhumés dans certains cas, les familles tenues à l’écart et très loin des corps des leurs proches, ont régulièrement dénoncé ce qu’elles considèrent comme une injustice. Là où les autorités médicales et politiques expliquaient qu’il s’agissait d’éviter une contamination due à la manipulation des corps. Conséquence, il fallait inhumer les victimes du Covid‐19 dans les 12 heures qui suivent le décès. Une démarche qui a durant ce temps, privé les familles des cultes et aspects spirituels dédiés au mort. Et les coulisses sont riches de clichés, tranches de vie et anecdotes. Et surtout cet argent qui y circule et coule à flots. A côté des cas de morts d’autres maladies que le Coronavirus, il se dit que des familles ont été approchées par des enveloppes financières pour admettre qu’un proche est décédé de Covid‐19. Alors que des médias dont Essingan alertaient l’opinion publique, le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, sur recommandation du Conseil scientifique des urgences de santé publique (Cosus), a pris la décision de faire restituer les corps pour inhumation dans les 48h au plus tard.

Par Essingan

Un décès, une source d’enrichissement. Tel semble être le slogan dans les formations sanitaires impliquées dans la lutte contre le Coronavirus. A la date du 24 juin 2020, le Cameroun totalisait 313 décès de suite du Covid-19, équivalent de 313 enterrements. De la détection du virus chez une personne à l’enterrement, dans certains cas, en passant par la prise  en charge, le gouvernement camerounais avait pris sur lui, toutes les charges financières. Pour la prise en charge quotidienne d’un patient du Covid-19, les fonds débloqués par l’Etat sont évalués à 300 mille Fcfa.

Cette information délivrée par le Pr Etoundi au cours de l’émission Scènes de Presse sur la Crtv télé, n’a pas été démentie par le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie. Et pourtant, le propos a fait des vagues. Les adeptes de l’arithmétique en arrivent au chiffre de quatre millions 200 mille Fcfa au bout d’un traitement de 14 jours. Se pose alors aussi, la question du protocole thérapeutique adopté. Au cours de l’une de ses sorties courant avril 2020, le ministre de la Santé publique avait indiqué qu’il était pour l’essentiel à base de chloroquine dans les formations sanitaires publiques.

Le secteur privé ayant en plus, depuis l’avènement des traitements alternatifs proposés par des chercheurs locaux, opté pour ces solutions endogènes des tradithérapeutes et autres biochimistes. La dure épreuve pour les familles est celle de l’enterrement des morts. En dépit de la mesure d’assouplissement, 48h au plus, prise en début juin par le Minsanté. Des frais d’enterrement sont entièrement pris en charge par les pouvoirs publics. D’où certainement l’effet «vache à lait».

D’après des sources concordantes et toutes autorisées, il s’est développé un business autour de cette pandémie du Covid-19. Notamment l’inhumation des personnes décédées. Un commerce bien encadré par nombreux professionnels de santé. Abordés, certains professionnels sous anonymat crèvent l’abcès: «Chaque enterrement d’un malade de Covid-19 coûte entre cinq et quinze millions de Fcfa. L’équipe médicale et sécuritaire impliquée s’en tire avec au moins une dizaine de millions en fonction du nombre de personnes retenues».

Quinze millions

En tout cas, il revient au reporter d’Essingan que l’assainissement du corps et du cadre du décès vaut trois millions de Fcfa. Pour la diligence vers le lieu de l’inhumation, le trésor public débourse un million de Fcfa au profit de chaque membre de l’équipe mise en route. «Chaque enterrement d’un malade de Coiv-19 rapporte entre cinq et quinze millions. Le partage est très encadré et bien segmenté. Dans le silence et loin des regards inquisiteurs, il se déroule des choses. Chacune des personnes impliquées reçoit pas moins d’un million de Fcfa.

Pas étonnant que tout soit mis à contribution pour que tous les morts soient des victimes du Coronavirus. Et l’équipe est longue de liste. Elle va des agents d’assainissement aux porteurs», confie sans se faire citer une source. Des révélations qui viennent conforter certaines thèses qui meublent de vives discussions dans les chaumières. Les mêmes sources signalent des démissions dans les rangs pour cause de….

La suite en kiosques

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici