Cameroun – Covid-19 : 145 prestataires de services convoqués au Tribunal criminel Spécial (TCS) :: Cameroon

0
227
Mise en page 1

Ils devraient être auditionnés par les fins limiers du Corps spécialisé des officiers du Tribunal criminel spécial (Tcs) dans le cadre du Covidgate.

Par La Nouvelle

Point de doute. Chaque jour qui passe, l’affaire de la gestion des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19 prend de l’altitude. Et même du volume. Avec des rebondissements inattendus. Après certains ministres et assimilés (on parle de Manaouda Malachie, Madeleine Tchuente et Jacques Fame Ndongo, tout en sueur, qui seraient déjà passés), il revient aujourd’hui aux prestataires de services impliqués dans les marchés liés à la lutte contre la grande pandémie à se justifier devant les fins limiers de la juridiction spécialisée. Pour être plus précis, à côté desdits prestataires, les auditions des ministres vont se poursuivre tout le long de cette semaine avec le passage ce lundi du ministre Nalova Lyonga Egbe des Enseignements secondaires.

Quant au ministre Laurent Serges Etoundi Ngoa de l’Education de Base, il est attendu le 25 mai prochain. Puis suivront le ministre Achille Bassilekin III, des Petites et Moyennes entreprises de l’Economie sociale et de l’Artisanat, le 26 mai. Et le ministre de l’Administration territoriale est quant à lui attendu le 27 mai prochain au TCS. Ce qui voudrait assurément traduire qu’après le passage de ces membres du gouvernement, les enquêteurs voudraient bien voir clair pour ce qui est de certains marchés passés par ces P membres du gouvernement à certains prestataires.

Certaines indiscrétions font état de près de 145 prestataires qui seraient directement concernés par ces marchés. Ce qui ne bloque pas pour autant les auditions des autres membres du gouvernement selon l’ordre de passage arrêté par le commissaire divisionnaire Joël Oko Petis. Seulement, il convient de noter déjà qu’en parcourant cursivement la synthèse du rapport d’audit de la Chambre des comptes de la Cour suprême, on relève très rapidement que, après enquête, les règles édictées par le Code des marchés publics n’ont pas toujours été respectées. D’où la découverte de plusieurs marchés fictifs, de  nombreux cas de surfacturations, de dépassements de crédits alloués aux activités et de conflits d’intérêt, etc…

La coupe semble bien pleine, selon la Chambre des comptes, pour ne pas laisser le TCS indifférent. D’ailleurs, dans leurs conclusions « elle recommande en outre l’ouverture de 10 (dix) procédures concernant des faits susceptibles de constituer des infractions à la loi pénale ». Pour être plus précis, les auteurs de ce rapport indiquent clairement que plusieurs prestataires se sont servis avec la complicité, tacite ou expresse, de certains hauts responsables des ministères, comme dans une pétaudière. Il en est ainsi ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici