Cameroun – Corruption : 200 millions de FCFA pour positionner China JIANXI sur la route Ntui-Mankim

0
352

Des collaborateurs du MINTP au sein de la sous-Commission d’analyse et d’évaluation, qui n’excluent pas l’option de déclarer l’appel d’offres infructueux, en opposition à l’application des recommandations du ministère des Marchés publics suite à la disqualification de Sinohydro, miroitent plutôt l’attribution de ce marché de plus de 65 milliards Fcfa à une autre entreprise chinoise, China Jianxi International, contre cette rondelette somme.

Par Essingan

China Jianxi International. C’est la nouvelle entreprise chinoise qui a désormais les faveurs des fonctionnaires du ministère des Travaux publics (Mintp) commis à la sous-commission d’analyse et d’évaluation des offres dans le cadre du marché de construction de la route Ntui-Mankim (96 Km). Stoppés par le ministre des Marchés publics qui avait déjà noté des irrégularités ayant conduit à la pole position de Sinohydro, des collaborateurs d’Emmanuel Nganou Djoumessi, de la sous-commission d’analyse et d’évaluation des offres que préside l’ingénieur de Génie civil Laurent Domfanzali, négocient actuellement en coulisses avec China Jianxi International, pour lui faire remporter le marché routier à défaut de déclarer l’appel d’offres infructueux.

Le deal, explique des sources fiables, proches du dossier, est que China Jianxi International puisse mobiliser 200 millions de FCFA. Ce montant représente les rétro-commissions encaissées par ces fonctionnaires auprès de Sinohydro. Ce dernier ayant été disqualifié après le tollé que sa pole position a suscité du fait d’actes de corruption et des irrégularités décelées dans son dossier, a décidé que les membres de la sous-commission lui remboursent son dû. N’étant plus capables de mobiliser une telle somme d’argent, ces derniers ont trouvé en China Jianxi International, leur nouveau bailleur de fonds.

Pourtant, cette entreprise chinoise avait déjà été éliminée lors du dépouillement des offres car, non seulement son offre financière était élevée (29,6 milliards de FCFA), mais la commission avait relevé un certain nombre de manquements dans son dossier, notamment que sa garantie n’était pas acquittée. Si China Jianxi International venait à être adjudicataire de ce marché, ce serait exactement l’opposé des prescriptions faites par le Minmap. Pour preuve, ils avaient 3 jours jusqu’au 3 février 2021 pour s’exécuter. Rien n’a été fait. « Les ingénieurs de la sous-commission d’analyse sont désormais dans un front ouvert contre le ministre des  Travaux publics et envisagent ne pas appliquer les recommandations du Minmap en rendant infructueux l’appel d’offre », s’inquiète par ailleurs une source proche du dossier.

En effet, après trois tentatives sans succès de sa Commission d’arbitrage, le ministère des Marchés publics, en qualité de l’autorité des marchés publics, a pris la résolution, le 18 janvier dernier, non seulement de disqualifier Sinohydro pour cause d’irrégularités et corruption, mais que son homologue des Travaux publics, constitue une nouvelle sous-commission pour l’examen des offres afin de statuer sur l’adjudication de ce marché routier.

La sous-commission d’analyse et d’évaluation convoquée par Emmanuel Nganou Djoumessi, n’a pas connu de changement dans sa composition. Son président est toujours le même, l’ingénieur de Génie civil Laurent Domfanzali, ainsi que ses quatre membres, Mathurin Zanga, Randycase Banji Longchi, Parfait Pedie, Lucas Fokoun, et son rapporteur Paul Sylvain Mbo Atangana, tous ingénieurs de Génie-civil. C’est ce groupe d’experts discrédités qui a la charge d’appliquer les recommandations du Minmap qui lui, explique les motivations de sa décision: « Il ressort de l’analyse que le projet de Dossier d’appel d’offres (DAO) transmis par le maître d’ouvrage [le Mintp] à la CCCM-TR et validé par cette dernière dispose que sous peine de voir son offre rejetée l’entrepreneur sera réputé disposer du personnel adéquat si l’évaluation de son personnel atteste de la qualification d’au moins 80% du personnel alors que le DAO a mis à la disposition des soumissionnaires dispose plutôt que sous peine de voir son offre rejetée, l’entreprise sera réputée disposer du personnel adéquat si l’évaluation de son personnel atteste de la qualification de 100% du personnel. En procédant ainsi à une modification substantielle d’un critère éliminatoire validé par la CCM-TR avant la transmission du DAO au bailleur pour son avis de non objection, sans que le maître d’ouvrage ait, au préalable, requis l’avis de ladite commission, il est évident que la modification querellée a été faite de manière unilatérale. En conséquence la réserve formulée par la CCCM-TR est fondée ».

Le Minmap poursuit en indiquant que l’argument selon lequel ce marché a été attribué à Sinohydro en 2016 ne saurait prospérer en ce sens que le DAO correspondant ne disposait pas du même critère éliminatoire. En rappel, pour cet appel d’offres, le seuil était bel et bien de 80% de personnel qualifié. En conséquence, sous cette rubrique, pour tout soumissionnaire, n’ayant pas satisfait à ce critère, son offre est purement

et simplement rejetée.

En guise de conclusion, Talba Malla a demandé à son homologue de « reprendre l’examen des offres sur les bases des orientations sus indiquées ». Un appel à l’attention du Mintp de veiller sur l’option gouvernementale dont les recommandations vont dans le sens de la recherche des partenaires techniques capables de réaliser les travaux à moindre coût. Mais en confiant aux mêmes hommes la reprise de l’examen des offres, le Mintp ne s’est pas mis à l’abri d’une nouvelle déconvenue. Il n’est cependant pas exclu, pour Emmanuel Nganou Djoumessi, ainsi pris dans l’étau de la mafia de ses collaborateurs, de leur opposer les sanctions prévues dans l’arsenal juridique en la matière. Le code des marchés prévoit en effet qu’ils « Sont passibles des sanctions prévues par les lois et règlements en vigueur, toute procédure passée en violation des dispositions du présent code, ainsi que les auteurs des mauvaises pratiques dans la passation ou l’exécution des marchés publics. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici