Cameroun – Coronavirus : Le bluff du Ministre camerounais de la Santé Manaouda Malachie

0
46

Selon le journal La Voix du Centre, le ministre de la Santé publique tarde à annoncer des mesures effectives contre cette pathologie alors qu’au même moment en Afrique, les autorités publiques ont déjà un plan de lutte.

Dans le cadre de la surveillance épidémiologique des mesures sont en cours pour prévenir toute importation éventuelle des Coronavirus chinois au Cameroun. Pour l’instant il faut se laver les mains régulièrement, se couvrir le nez et la bouche pour éternuer, bien cuire les viandes », a Tweeté le ministre de la Santé publique le 25 janvier dernier. Cette réaction très mal appréciée des internautes lui a valu une pluie de critiques sur la toile. L’on s’attendait à ce qu’un dispositif d’urgence soit mis en place dans les hôpitaux avec les ressources humaines et matérielles appropriées.

Pareil dans les aéroports et ports, surtout en ce qui concerne les passagers et les matières en provenance des pays à risque et une sensibilisation accrue sens des populations sur les symptômes de la maladie en question. Pourtant dans d’autres pays africains, l’on a directement saisi le taureau par les cornes en plaçant sous surveillance les aéroports internationaux où atterrissent les vols en provenance de Chine.

Au Kenya, en Éthiopie, en Afrique du Sud, au Ghana, au Sénégal et ailleurs, comme partout dans le monde, les débarquements sont encadrés, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (Oms). Des salles de quarantaine sont prévues pour les cas suspects et des hôpitaux sont préparés pour recevoir d’éventuels patients. À l’aéroport de Lagos, au Nigeria, comme à l’aéroport de Nairobi, au Kenya, les passagers en provenance d’Asie sont questionnés sur leurs déplacements, leurs rencontres avec des personnes qui auraient pu être exposées à la maladie ou encore sur leurs symptômes éventuels.

A l’aéroport Bole, d’Addis-Abeba, en Éthiopie, tout le monde est « screené », c’est-à-dire que l’on prend la température des gens qui débarquent. Dans tous ces pays, les mesures de protection s’accompagnent d’une campagne d’information, en tout premier lieu à l’attention des agents de santé, sur la nature et le comportement du virus. Mais au Cameroun, le ministre de la Santé demande simplement aux populations de couvrir le nez et la bouche pour éternuer. L’on espère que des mesures fortes seront prises dans les prochaines heures pour barrer la route à cette pathologie au Cameroun. Rappelons que ce coronavirus se traite et que, pour l’heure, d’après les statistiques, le taux de mortalité des personnes touchées n’est que de 4%.

Source : La Voix du Centre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici