Cameroun : Comment Camwater a asséché la ville de Yaoundé

0
221

Au moment où les populations ont besoin du précieux liquide pour se laver les mains, et se protéger contre le Coronavirus, l’entreprise en charge de la production et de la distribution de l’eau, tient la Société nationale de transport d’électricité pour responsable des perturbations observées sur ses réseaux.

Par Essingan

Les robinets de Yaoundé et de plusieurs villes du pays sont à secs. Le réseau d’approvisionnement est sérieusement perturbé depuis quelques jours. Cette pénurie suscite toutefois des inquiétudes du fait qu’elles surviennent dans un contexte marqué par la crise sanitaire liée au Covid-19. Même si le gouvernement a décidé d’assouplir les mesures de confinement, il reste opposé à un relâchement et appelle davantage les populations à plus de vigilance.

Ainsi, priver les ménages d’eau potable est un luxe à ne pas se permettre. C’est torpiller les efforts du chef de l’Etat Paul Biya qui est engagé dans la lutte contre cette pandémie à travers l’ouverture d’un fonds spécial à hauteur d’un milliard de Fcfa et d’une dotation spéciale de kits de riposte contre le Covid-19 à hauteur  de deux milliards de Fcfa mis à la disposition des populations des 360 communes du Cameroun. Et qui attend aussi l’implication de toutes les composantes sociales et entités publique et privée.

Pour se couvrir et masquer son incapacité à approvisionner les populations en eau potable, la Cameroon Water Utilities corporation (Camwater) se base sur les travaux effectués depuis quelques jours par la Sonatrel sur ses postes de transformations pour justifier les coupures constatées à Yaoundé et à Mfou. Pour mémoire, les dernières coupures d’électricité observées à Yaoundé vendredi et dimanche dernier se justifiaient par l’installation de deux transformateurs à haute performance à Kondengui et Ahala, deux quartiers de Yaoundé, dans le but d’augmenter la capacité électrique de la ville. Cependant que les coupures d’eau sont récurrentes depuis plus de temps que ce simple week-end. Loin de s’interroger sur la qualité de l’eau servie aux populations, il faudrait déjà espérer qu’elle soit disponible dans les robinets qui très souvent sont au régime sec.

D’après le communiqué rendu public en fin de semaine par le directeur régional du Centre Il s’agit des conséquences des travaux effectués par la Société nationale de transport d’électricité (Sonatrel) dans les postes de transformations d’Ahala et Kondengui. Une parade qui masque mal les insuffisances de Camwater à satisfaire la demande de la capitale en eau potable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici