Cameroun – CNI : Le hashtag qui va faire perdre le sommeil à la police camerounaise

0
1010

De prorogations en prorogations, certains Camerounais ont vu leurs récépissés se décolorer dans les portefeuilles. Dans certains cas, ils attendent l’original de la pièce d’identité depuis plus de trois ans. Face à cette situation, la Direction Générale à Sûreté Nationale (DGSN) reste étrangement calme.

À travers la toile, le hashtag #JeVeuxMaCNI commence à être relayé. Plusieurs internautes Camerounais, parmi lesquels Anne Féconde NOAH, la porte-parole de Cabral LIBII, ont décidé d’utiliser ce canal pour faire part de leur ras-le-bol. Si des lenteurs ont auparavant été observées dans le processus d’acquisition de la Carte Nationale d’identité au pays de Martin Mbarga Nguélé – le délégué général à la Sûreté nationale (DGSN) – le patron de la police camerounaise, il est à noter que depuis les dernières années, l’attente avant l’obtention de la CNI a été de plus en plus longue.

En 2016, la refonte totale du système d’identification et la modernisation de la procédure en matière d’acquisition de la Carte Nationale d’identité avaient été annoncées. Dans le même temps, une nouvelle carte dite biométrique faisait son apparition. À l’époque, c’est avec enthousiasme que ces innovations symboles d’une nouvelle ère avaient été accueillies. Des années après, le constat d’une régression est général. En attendant l’arrivée du précieux sésame, certains Camerounais ont décidé de mener une campagne de revendication sur les réseaux sociaux. Le regard rivé vers les autorités en charge de l’attribution des CNI, d’autres par contre préfèrent se contenter des cachets de prorogation des récépissés.

Le DGSN, qui a avait instauré l’éthique et la rigueur à son arrivée à la tête de la police notamment en sanctionnant les mauvais policiers, trouvera en cette revendication sociale une occasion pour aller secouer les collaborateurs en charge de la production des nouvelles CNI. Eux qui sont souvent accusés de demander une « motivation » – dans certains commissariats – pour fouiller les CNI. Il faut aussi dire que les citoyens sont en partie responsables de l’accumulation des CNI dans les Commissariats du fait de l’abandon.

Source : Ali Ben*

Urgent !

SVP Suivez l’actualité du Cameroun en Insyallant sur votre Téléphone l’Application CamerPress en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici