Cameroun : Célestin Bedzigui claque la porte du Grand Dialogue national

0
117

Le président du PAL ne se reconnaît plus dans la ligne tracée par le Premier ministre Joseph Dion Ngute, contrairement, selon lui, à l’idée de l’initiateur de ce grand dialogue, Paul Biya.

Le président de l’alliance libérale (Pal), Sa Majesté Célestin Bedzigui n’est pas content. Il a décidé de claquer la porte du grand dialogue national, qui se déroule depuis lundi au palais des Congrès de Yaoundé. « Ce qui se passe au Dialogue National dont l’organisation a été confiée au Premier Ministre  Dion Ngute relève de l’inédit », a décrié le président du PAL.

En voici d’ailleurs un  aperçu, selon lui : « M. Dion Ngute a choisi de manière unilatérale et sans l’avis des participants au  premier jour des travaux et pour en orienter les résultats: de nommer son  bureau du GDN; de décider de ceux qui devaient prendre  la parole, une dizaine de personnes au total sur 400 participants, pendant une séance de débat général de moins 3 heures pour des travaux prévus pour durer; d’imposer la création de Commissions et d’en définir les sujets; de nommer unilatéralement les membres de ces commissions en l’occurrence les présidents, les vice-présidents, les rapporteurs, les Personnes ressources ».

Pour celui, qui a pris part à la Tripartite de 1991 avec comme coordonnateur Sadou Hayatou, alors Premier ministre comme Joseph Dion Ngute aujourd’hui, « le Grand Dialogue National  prescrit par le Président Biya a ainsi été transformé en  « monologue » de Dion Ngute. Notre devoir patriotique est de dénoncer ce projet funeste et de nous y opposer », a déclaré Célestin Bedzigui, avant de quitte le Mont Nkol-Nyada, qui abrite les travaux. Le GDN rendu à sa troisième journée, a déjà enregistré plusieurs départs dont celle d’Akere Muna, Jean Jacques Ekindi ou Alice Sadio, tous des leaders politiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici