Cameroun – Casse des ambassades en Europe : Le butin de la discorde

0
277

Sur la vidéo qui fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux, l’on apprend que c’est le « général Wanto » qui se serait chargé de manière despotique, de la distribution des fonds volés lors de la casse de l’ambassade du Cameroun à Paris le 26 janvier 2019.

Par La Nouvelle Presse

Il ne fait guère de doute. Au-delà de toutes ces petites anecdotes qui se racontent autour de la casse de l’ambassade du Cameroun à Paris le 26 janvier 2019, de nombreux observateurs sont aujourd’hui convaincus que les casseurs avaient une seule idée en tête : piller la représentation diplomatique du Cameroun à l’Hexagone. C’est du moins le constat qui se dégage à l’écoute de cette vidéo abondamment relayée sur les réseaux sociaux, où un individu se met à table pour exprimer son mal-être à la suite d’un mauvais partage du « butin de guerre ».

Il affirme être allé rencontrer son ami, un certain Pagale qui aurait participé auxdites casses, pour lui réaffirmer sa frustration quant à la ventilation qui a été faite aux fonds volés. « L’argent que vous avez pris à l’ambassade là, ça va vous caler au cou», va-t-il lui balancer subrepticement. Seulement son ami va lui rétorquer n’avoir jamais reçu de l’argent, il s’est tout simplement contenter de récolter « le matériel de guerre.» Voyant que son ami n’était toujours pas convaincu, le Pagale en question va appeler une certaine Flore de Lille pour lui demander comment les fonds avaient été partagés. «(…) La mère, c’est comment non ? Vous m’avez abandonné par rapport au petit jeton qu’on a pris à l’ambassade ?» Questionnera-t-il.

Celle-ci va lui répondre que ce n’était pas grand-chose, juste 6 000 euros, et que c’est le « général Wanto » qui s’était occupé du partage. Cette dame va lui avouer au téléphone avoir elle-même reçu 300 euros parce qu’elle avait confectionné les Tshirts. « Il a donné 300 euros à  Marie Julie, mais elle a refusé en indiquant qu’on lui achète plutôt le billet d’avion. Il a donné 400 euros à Jean Désiré », conclura la dame. Déçu par ces réponses de Flore de Lille, ce Pagale va finalement décider de créer un groupe Whatsapp pour que les uns et les autres puissent s’expliquer. Mais personne n’interviendra, ce qui va finalement le pousser à refermer le groupe en question.

Au regard de tout ceci, comment ne pas alors donner raison à Jean-Paulin Woumeni, le conseil principal de l’Etat du Cameroun dans l’affaire du saccage de l’ambassade à Paris, lorsqu’il décide, comme il l’a fait le 20 novembre 2020, lors de l’ouverture du procès, de demander au tribunal un nouveau renvoi pour permettre l’ouverture d’un complément d’enquête. surtout qu’à Yaoundé, on estime que les enquêteurs ont réduit, sans justification, le nombre des personnes poursuivies, notamment Robert Wanto dit « Général Wanto », abdoulaye Thiam dit « Calibri Calibro », Nelson azonsop Tchetchago. Pourtant des noms comme Fleur de Lille, El Chenou, serge anango et bien d’autres sont cités à la pelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici