Cameroun : Camrail soutient les orphelins de la catastrophe d’Eséka

0
290

Dans le cadre de la commémoration de ce triste événement, la Coordination de Camrail a organisé hier à Yaoundé une cérémonie de remise des Chèques-cadeaux à une quarantaine d’enfants ayant perdu un parent lors du déraillement mortel du 21 octobre 2016.

Dans le cadre de la commémoration de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 à Eséka, la société Camrail a organisé hier 23 octobre 2019 dans les locaux de la gare ferroviaire de Yaoundé, une cérémonie de remise des chèques-cadeaux  aux orphelins des victimes.

La cérémonie de Yaoundé a été présidée par le Coordinateur du Centre, Eric Devalois Fotso, qui était entouré d’autres responsables de Camrail ainsi que des chefs du personnel.

Les bénéficiaires ont fait le déplacement de la Gare-voyageurs d’Elig-Essono, dont le grand Hall accueillait la cérémonie. Une quarantaine d’enfants devenus orphelins, étaient accompagnés de leurs mamans pour la plupart. Il faut dire qu’une cérémonie similaire a été organisée dans les trois autres coordinations que compte le réseau exploité par Camrail, pour 99 orphelins au total.

A travers cette remise de dons, la filiale du groupe Bolloré, qui gère le chemin de fer camerounais depuis 20 ans, clôturera ainsi la commémoration du 3ème anniversaire de la catastrophe ferroviaire d’Eséka, débutée dès le 20 octobre 2019 par des moments de recueillement et de prière. Concrètement, apprend-on officiellement, le personnel de Camrail s’est joint aux fidèles dans les mosquées, les églises et les paroisses, dans le cadre d’intentions de prières.

Selon l’entreprise ferroviaire, la commémoration du 3e anniversaire de l’accident d’Eséka survient alors que le processus d’indemnisation des ayant-droits des victimes tire à sa fin. Dans le détail, à fin septembre 2019, 98% des blessés ont déjà été indemnisés alors qu’en ce qui concerne les personnes décédées, 91% des demandes ont soit abouti à des accords, soit sont en cours de finalisation ou de règlement définitif. En ce qui concerne les disparus, 80% des dossiers éligibles font l’objet d’un accord avec pour effet l’enclenchement du processus d’indemnisation.

L’accident ferroviaire survenu le 21 octobre 2016 dans la localité d’Eséka avait officiellement fait 79 morts et 600 blessés. Le procès ouvert dans le cadre de ce triste évènement a conduit à la condamnation de Camrail «pour homicide, blessures involontaires et activités dangereuses». Mais, l’entreprise ferroviaire a toujours contesté ce verdict. Camrail accuse la justice d’avoir rendu une décision en «l’absence de toute expertise qualifiée et compétente, qui devait permettre d’établir de manière objective les véritables causes de ce tragique accident».

Pour l’opérateur ferroviaire, cette décision est d’autant plus contestable qu’elle est «manifestement fondée sur la seule appréciation de quelques anciens salariés non spécialistes, non assermentés, déclarés experts, et par ailleurs en procédure judiciaire pour motifs personnels contre Camrail depuis 10 ans».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici