Cameroun : Camair.Co sort de la liste noire et retrouve le ciel européen

0
428

Selon notre confrère Ecomatin, la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), a été retirée de la liste noire des entreprises de transport aérien qui ne respectent pas les normes.

Des bons points pour « l’Etoile du Cameroun », qui s’est illustrée tous ces derniers temps par des intrigues managériales avec un défilé de directeurs généraux à la tête de cette entreprise à capitaux publics, à 100%. La Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) vient de se voir sortir de la liste des compagnies aériennes jugées dangereuses et ne devant pas survoler l’espace de l’Union européenne. Elle a donc été rayée de cette liste qui a été actualisée le 9 décembre 2019, par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). Par conséquent, les aéronefs de la compagnie nationale du transport aérien du Cameroun peuvent à nouveau survoler le ciel européen.

En effet, c’est depuis 2006 que la liste des transporteurs aériens interdits d’exploitation en Europe est établie. Elle est actualisée deux fois par an, par le comité de la sécurité aérienne de l’Union européenne. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). Le but est d’inciter les compagnies dont les normes sont jugées trop faibles à revoir leurs exigences. Camair-co doit donc profiter de cette prouesse pour se repositionner sur le marché européen. Mais, pour cela, il reste à résoudre l’épineux problème d’indisponibilité d’aéronefs pour pouvoir desservir la destination européenne. Une équation pas du facile pour la compagnie aérienne nationale empêtrée dans les difficultés financières et qui ne survit que grâce aux subventions de l’Etat.

Dans la sous-région Afrique centrale, plusieurs compagnies aériennes n’ont pas connu le même sort que Camair-Co. Si le Gabon, lui aussi sort de cette liste noire des compagnies aériennes qui ne respectent pas les normes, ce n’est pas le cas pour la République Démocratique du Congo (RDC) qui trône à la tête de ce classement. 21 compagnies aériennes de ce pays ne doivent plus survoler le ciel européen. En Guinée équatoriale, Ceiba International et Cronos Airlines, sont, de l’avis de l’OACI et des Nations Unies, des compagnies aériennes à éviter, si l’on veut relier deux villes d’Afrique par voie aérienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici