Cameroun : Cabale contre le patron de la Gendarmerie Y. Landry Galax Etoga

0
34

Le journal La Nouvelle rapporte qu’un appel à une marche des gendarmes camerounais circule dans les réseaux sociaux depuis le week-end dernier. Une tentative de démobilisation ourdie par des caciques hostiles au changement.

« Marches silencieuses des pandores. Lieu Yaoundé. Date 4 septembre 2019. Heure 09h30mn. Itinéraire : boulevard du 20 mai services du Premier ministère. Tenue : treillis. Participants : Rg1, Rg2, Rg3, Rg4, Rg5. Motifs : non à Galax Etoga Sed/Cgm ; Ngoh Ngoh Sg/Pr ; Col Bamkoui Emile Div/Sémil ; Mme Etoga Galax ; Lt Bisse Medouane ; Wladmir Lionel Horace, beau-frère Sed et bras droit Col Bamkoui, pour démobilisation des camarades, népotisme- amateurisme- clientélisme-acharnement. Suite affectation 4000 gendarmes et nomination dans les services centraux des officiers supérieurs après achat.

Trop c’est trop, nous n’avons plus peur. » C’est le message balancé la semaine dernière par certains réseaux tapis dans l’ombre sur les réseaux sociaux. Pour certains observateurs, il s’agit d’une grosse farce commanditée par des réseaux tapis dans la gendarmerie et hostiles à tout changement. A travers ses mutations successives, apprend-on, le Sed a cassé beaucoup de ces réseaux. Il s’agit de ceux qui se croyaient intouchables parce qu’ils avaient des parrains à qui ils faisaient des « comptes rendus » en espèces sonnantes et trébuchantes.

Ce sont ces réseaux qui remontaient à Yaoundé pour acheter leurs places avec la complicité de certains hauts gradés. Pour nos observateurs, la gendarmerie était pourrie jusqu’à la moelle. Il fallait taper du poing sur la table. Il était donc temps pour le nouveau Sed de siffler la fin de la récréation pour faire redorer les lettres de noblesse à ce corps. Selon nos sources, la plupart des gendarmes avaient déjà fui leur corps pour se retrouver ailleurs. Aujourd’hui, ils sont nombreux qui veulent revenir pour soutenir l’action du nouveau Sed, symbole d’une jeunesse qui entend faire bouger les lignes. Ce qui ne plait pas aux caciques, adeptes de l’immobilisme. Nous y reviendrons en détails dans notre prochaine édition.

Source : La Nouvelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici