Cameroun : Bolloré accroché au Terminal à conteneurs de Douala

0
123

Selon des informations crédibles, Cyrille Bolloré, le fils du milliardaire français Vincent Bolloré est à Yaoundé, capitale camerounaise, pour solliciter l’intervention du chef de l’Etat.

Un comédien aurait dit : « Le Petit Bolloré n’est-il pas au courant que le chef de l’Etat est sorti du pays et qu’il ne reviendra pas tôt ce soir ? » Bref, pour reprendre le site Actu Cameroun, Cyrille Bolloré illustre la volonté du Groupe éponyme de ne pas lâcher la gestion du Terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri, bien que la gestion soit passée – formellement – entre les mains des italo-Suisses Til, qui doivent occuper le quai dès le 1er janvier 2020, après avoir remporté l’appel d’offre international lancé le 12 janvier 2018 par le Port autonome de Douala (PAD) dont Cyrus Ngo’o est le Directeur Général (DG).

Le groupe Bolloré – visage visible – de la société D.I.T., fruit d’un partenariat entre le groupe Bolloré et APMT mène la danse en remettant en cause la passation du marché de concession du Terminal à conteneurs, elle qui a été candidate recalée dès le premier tour puisque classé 7e sur dix. Argument évoqué, le groupe Bolloré aurait passé un accord de prorogation du contrat de 4 ans. Un arguent vite balayé du revers de la main par le PAD puisqu’il n’est pas habilité à le faire. Mais, c’st le gouvernement auquel appartient cette grande entreprise.

« APMT et Bolloré(…) ont déposé des recours devant le tribunal administratif de Douala. Cette institution judiciaire a ordonné le 16 août 2019 le sursis à exécution de la décision du directeur général du Port autonome de Douala excluant les actionnaires de référence de DIT. Suspendant ainsi le processus d’appel d’offres en cours. En dépit de cette ordonnance, le directeur général du Port autonome de Douala a décidé de poursuivre le processus d’adjudication », déclarait un responsable de Bolloré Africa Logistics Mais, il n’a pas expliqué à la suite que le PAD a formé un pourvoi en annulation de cette ordonnance, permettant ainsi la poursuite sereine du processus, qui a abouti à la désignation de TIL comme nouveau concessionnaire.

Le seul recours reste à présent le Premier citoyen camerounais, Paul Biya. Le groupe Bolloré espère alors que le chef de l’Etat camerounais va remettre en question le travail de plusieurs administrations mobilisées et payées par le contribuable camerounais pour siéger à la commission de passation des marchés ou le travail de la justice camerounaise, qui a pris acte du pourvoi en annulation de l’ordonnance qui avait déjà été prise en faveur du groupe Bolloré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici