Cameroun – Assemblée nationale : « La traîtrise de trois députés est actée », selon Cabral Libii LI Ngué

0
760

Le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) a fait une mise au point hier dont voici l’intégralité :

«Le peuple s’interroge et il est bon d’y apporter des réponses.

A la lumière de l’article 17 du Règlement Intérieur, les groupes parlementaires ne sont pas impliqués dans l’élection du Bureau définitif. Pour le Bureau définitif, le parti majoritaire approche individuellement les autres partis pour constituer un Bureau qui s’efforce de tenir compte « de la configuration politique de l’Assemblée Nationale », selon les termes de la loi.

Les groupes parlementaires ne sont formellement concernés que pour la constitution des commissions. Cette constitution  commence après l’élection du Bureau définitif. Les groupes doivent (c’est une obligation légale) y être représentés en proportion de leurs tailles. D’ailleurs ce n’est qu’après l’élection du Bureau définitif que le PAN peut être  saisi par les groupes à cet effet (article 22).

La candidature à la Présidence de l’Assemblée Nationale étant uninominale, chaque député exerce son droit d’être candidat à sa guise. Les partis peuvent choisir de dégager un candidat comme c’est la cas pour le parti au pouvoir, ou pas.

Au PCRN le mot d’ordre jusqu’ici est de ne pas désigner de candidat pour une élection  dont l’issue ne dépend que de la volonté d’un adversaire largement majoritaire. On avisera à l’avenir si cette position a évolué ou pas.

Quant au groupe Union pour le Changement, les leaders des partis politiques se sont concertés ce matin pendant 1 heure et deux conclusions s’en sont dégagées :

1- Aucun des  partis n’a sollicité les autres en soutien à un quelconque candidat.

2- Aucun membre du groupe n’a informé les autres membres de son intention de candidature.

3- Nous avons décidé que le vote des 15 membres présents devait être le bulletin nul.

A l’élection du PAN ce mot d’ordre de groupe à été respecté à hauteur de 12/15.

Pour l’élection du 1er vice-président le mot d’ordre à été respecté à hauteur de 14/15.

Fort de ce qui précède, notamment du pourcentage de respect du mot d’ordre par les membres du groupe, la volonté de l’opposition représentée à l’Assemblée Nationale de parler d’une même voix et de travailler ensemble, n’est en rien émoussée.

Je tiens à rassurer les camerounais qui croient en cette dynamique.»

Hon. Cabral Libii

De l’Union pour le Changement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici