Cameroun – Affaire Menaces de Célestine Ketcha Courtès sur le préfet du Ndé : Le SDF de John Fru Ndi donne sa position

0
847

Il y a de toute évidence de la part de la ministre une confusion énorme entre ses fonctions politiques dans une association privée et ses fonctions gouvernementales qui relèvent de l’Etat qui est censé être impartial. Utiliser le papier en-tête de l’Etat pour adresser un courrier au dépositaire de l’État dans un département pour une affaire concernant un parti dont on est membre relève d’un trafic d’influence flagrant et d’un abus pouvoir  indécent et indigeste en République. Plus qu’une erreur, c’est une faute. Un parti politique est une association privée.

Du point de vue de la loi, les manifestations publiques sont déclarées à la sous-préfecture. Elle devrait écrire au sous-préfet territorialement compétent à savoir le sous-préfet qui l’unique responsable qui donne l’autorisation et se charge d’encadrer la manifestation publique déclarée. La ministre le sait très bien. La réalité inavouée de cette défiance rageuse à l’endroit du préfet du Nde est que la ministre présidente de section du parti-État s’adresse à son camarade du parti qui s’est particulièrement illustré par une attitude d’intrusion et de blocage systématique des différentes sessions de plein droit consacrée à l’élection du maire de la commune de Bangangte.

En violation flagrante des dispositions de la loi portant Code général des collectivités territoriales décentralisées. Elle considère que ses détracteurs tapis dans l’ombre au sein de l’appareil du parti-État qui ont imposé l’actuel maire sont dans une conspiration permanente pour provoquer sa mort politique. Et que le préfet est leur principal bras séculier. Elle est inconsolable pour n’avoir pas pu contrôler la mairie de Bangangte alors que la majorité des conseillers étaient favorables à son poulain. Cette confrontation s’est poursuivie lors du récent renouvellement des structures de base notamment à la section du Nde où elle était elle-même candidate et a remporté.

D’une manière générale, cette demande d’explication dangereuse tant sur la forme que le fond, relève d’un comportement anti-républicain bien incrusté dans l’ADN du parti-État. Pour les cadres et militants du parti des flammes, le Rdpc et l’État se confondent.  Et cela ne date pas d’aujourd’hui. Est surpris celui qui veut bien se faire surprendre.

Jean Robert WAFO

Ministre du shadow cabinet du SDF en charge de l’information et des médias

Cameroun – Homosexualité : La Sextape de Gaëlle Enganamouit qui enflamme le pays de Samuel Eto’o Fils

Cameroun – Election à la Fecafoot : Patrick Mboma opine sur la candidature de Samuel Eto’o Fils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici