Cameroun : Abdoulaye Babalé défie Jacques Fame Ndongo ministre de l’Enseignement supérieur

0
591

Selon le journal L’œil du Sahel, le PCA de l’université de Maroua a tenu une session du Conseil le jour de la présentation des vœux à la tutelle.

Vendredi dernier, Jacques Fame Ndongo, ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, recevait à l’amphithéâtre 700 de l’Université de Yaoundé, les traditionnels vœux de Nouvel an. Du beau monde. Et aussi des absences remarquées, à l’instar de celles du président du Conseil d’administration de l’Université de Maroua, Abdoulaye Babale ; du recteur de l’Université de Maroua, Alioum Idrissou ; des vice-recteurs et autres chefs d’établissements de cette institution universitaire. «Un seul vice-recteur de l’Université de Maroua était présent ainsi que quelques enseignants de rang magistral, qui ont changé de grades et qui, comme le veut le rituel, devaient se présenter au ministre à la lecture de leur nom. Disons simplement que l’Université de Maroua a boycotté le ministre», résume, un sourire en coin, un collaborateur de Jacques Fame Ndongo.

Le refus du président du Conseil d’administration de l’Université de Maroua de changer la date de la session du conseil de cette université, prévue lui aussi pour vendredi dernier, 17 janvier 2020, est à l’origine de cette situation ubuesque. Une résistance qui contraste avec la flexibilité d’autres institutions universitaires, à l’instar de celles de Ngaoundéré, Bamenda ou encore Douala, qui ont préféré, une fois l’agenda des vœux du ministre connu, modifier la date de la tenue de leurs conseils d’administration. «Abdoulaye Babalé a affiché un profond mépris à l’égard de sa tutelle. D’autres parleraient même de rébellion déguisée. Il a été informé par correspondance, le 08 janvier 2020, de la tenue des vœux le 17 janvier.

Une seconde lettre, une semaine plus tard, la lui a rappelée, mais il a préféré faire la sourde oreille», regrette une source. Le président du Conseil d’administration est donc resté droit dans ses bottes, arcbouté sur sa date. Et comme si cela ne suffisait pas, quelques jours avant les vœux, il a adressé une correspondance à Jacques Fame Ndongo dans laquelle il sollicitait la libération de ses collaborateurs concernés par son conseil d’administration. «C’est quand même inimaginable. Qu’il ne vienne pas aux vœux est une chose, que par son attitude, d’autres responsables n’y viennent pas en est une autre. Mais, qu’il demande à son ministre de se délester de ceux qui veulent bien lui présenter les vœux pour qu’ils se rendent à Maroua à son conseil est quand même affligeant. Il ne peut se moquer de sa tutelle ainsi», clame-t-on dans les couloirs du Minesup.

Selon nos informations, Jacques Fame Ndongo n’a pas répondu à cette sollicitation. La veille de la cérémonie des vœux, chose rarissime, il a rappelé à l’attention de ses collaborateurs jusqu’au rang de chef de service qu’aucune absence ne serait tolérée à ladite cérémonie. Un message parfaitement entendu par le représentant du Minesup au conseil d‘administration de l’Université de Maroua, le Pr Aboya Manassé. Outre lui, étaient également absents au conseil d’administration, les représentants des ministres de Finances, de la Fonction publique, des

Mines, de l’industrie et du développement technologique. Contactés pour en savoir plus, les responsables de l’Université de Maroua n’ont pas voulu s’exprimer sur le sujet.  

Source : L’œil du Sahel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici