Cameroun : 150 personnes prises en otage en 2018 dans l’Adamaoua

0
245

Selon le journal L’Œil du Sahel, le département de la Vina est le plus touché par ce phénomène de prise d’otages avec 92 cas recensés.

En 2018, la région de l’Adamaoua a connu un bilan officiel de 69 cas de prises d’otages orchestrées par des individus généralement armés de fusils de guerre. Sur ces 69 cas, 150 personnes ont été enlevées dans toute la région par des bandes d’hommes armés. Un chiffre qui est largement supérieur à celui de 2017 où 52 cas de prises d’otages avaient été enregistrés pour un total de 93 personnes enlevées.

En effet, ces 150 personnes qui ont été prises en otage l’année dernière représentent essentiellement les cas signalés soit chez les forces de défense ou auprès des autorités administratives. De fait, certains cas de prises d’otages ne sont pas souvent signalés. Car les familles préfèrent négocier en catimini avec les ravisseurs et paient la rançon exigée sans que cela ne fasse de bruits. Tout laisse donc croire que ce chiffre de 150 personnes enlevées est la face visible de l’iceberg.

S’il faut faire un classement de cette triste activité en 2018, c’est le département de la Vina qui arrache la palme d’or avec 36 cas d’enlèvements dans cette unité administrative pour 92 personnes prises en otage. Le département du Faro et Déo vient en deuxième position avec 21 cas de prises d’otages pour 27 personnes enlevées. Au troisième rang, nous avons le département du Mbéré avec huit cas d’enlèvements pour 25 personnes prises en otage. Le département du Djérem boucle ce classement avec quatre cas d’enlèvements pour six personnes prises en otages en 2018. Comme par le passé, le département du Mayo-Banyo est toujours épargné par ce phénomène.

Le constat qui est fait, c’est que cette activité de prises d’otages est plus accentuée au premier semestre de l’année. Ce semestre coïncide avec la saison sèche. Et pendant cette saison, les ravisseurs se déplacent très facilement, car les rivières (mayo) sont asséchées. Ce qui n’est pas le cas en saison pluvieuse qui rend difficile le déplacement des preneurs d’otages et limite ou diminue ainsi les enlèvements. Ainsi, au premier semestre de 2018 de manière officielle, 40 cas de prises d’otages ont été enregistrés pour 78 personnes enlevées.

Dans le département de la Vina, il y a eu 23 cas de prises d’otages pour 48 personnes enlevées. 15 personnes ont été prises en otages dans le Faro et Déo pour les 11 cas d’enlèvement signalés. Le premier semestre 2018 dans le département du Mbéré a été marqué par cinq cas de prises d’otages pour 13 personnes enlevées. Pendant ce temps, le département du Djérem avait un cas de prise d’otage ayant occasionné l’enlèvement de deux personnes. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici