Ambassade du Cameroun à Paris : Junior Zogo dévoile le pot aux roses

0
458

Il a suffi qu’il découvre la semaine dernière dans les colonnes de La Nouvelle, l’article sur Alfred Nguini, pour qu’il sorte de ses gonds, en clamant tout haut ce qui dit depuis quelque temps à l’ambassade du Cameroun à Paris. A savoir qu’Alfred Nguini, après un an d’observation a décidé de donner l’assaut à certaines baronnies, présentées comme des officines bamiléké de financement et de soutien de la Bas.

Par La Nouvelle

Depuis quelques années, le godelureau fait partie des meubles de facebook et des réseaux sociaux. Avec les Brice Nitcheu et d’autres Wanto de la Bas, Junior Zogo, puisqu’il s’agit de lui, a pendant longtemps cheminé avec les autres prédicateurs illuminés rassemblés dans une sorte de syndicat de moralistes anti-Biya de facebook. Ceci au point de devenir, l’un des astres noirs de ce syndicat du mensonge par lequel chacun y allait fièrement de son fiel pour distiller contre le régime d’Etoudi, son degré d’acrimonie.

Parfois sans aucune esthétique dans le cynisme pour aller braconner sans scrupule dans le proche entourage du président Paul Biya. Pour autant que cela puisse paraître invraisemblable, c’est ce freluquet qui, grâce à son hyperactivité à humer les fumets de luxe, rayonne comme une étoile accrochée dans le firmament des reîtres anti-Bamiléké de l’ambassade du Cameroun à Paris où l’esbroufe, la chasse aux sorcières et la démagogie assurent au quotidien le triste spectacle. En fait, c’est que depuis les 2 derniers séjours du président Paul Biya en France, l’ancien commissaire de police en rupture de ban à Yaoundé, s’est résolument lancé à corps perdu dans un névrotique gymkhana de tours de passe sulfureux sur les réseaux sociaux pour tenter de réhabiliter sa mauvaise conscience.

Âme en peine, complètement en déperdition, il n’a pas arrêté de répandre son mal-être psychique, en s’autoproclamant à travers ses monologues insipides et incohérents le va-t-enguerre acharné de la cause Ekang (Beti) et le belliciste revanchard braqué contre la Bas et les Bamiléké. Pourtant, alors qu’à Etoudi, toute cette débordante agitation suscite les lazzis les plus divers dans les allées du pouvoir, à Paris, à l’ambassade du Cameroun, Alfred Nguini est pratiquement tombé en pâmoison de tout ce qu’initie l’ancien commissaire.

Pour les proches de l’ambassadeur, il ne pouvait pas en être autrement, puisqu’il ne se lasse pas d’exhiber avec ostentation son passé de commissaire de police au Cameroun. Pour lui, cela est suffisant pour qu’il porte efficacement le fer au coeur du dispositif de la Bas. Et pour rendre sa cause sacrée, il finit par convaincre l’ambassadeur Alfred Nguini que tout le personnel de l’ambassade est inféodé à la Bas. Il faut non seulement plaire à l’ambassadeur, mais c’est aussi une occasion inespérée d’engranger quelques euros. C’est ainsi que le label infâmant de combattre la Bas à Paris, Alfred Nguini et Junior Zogo vont mettre en place la plus grosse machine de l’horreur tribale jamais connue dans une de nos ambassades à l’étranger.

Premier objectif assigné à l’ancien commissaire : dans chaque direct bien arrosé par les caisses de l’ambassade, celui-ci a pour mission de rameuter le ban et l’arrière-ban de toute la communauté Beti pour jeter les Bamiléké en pâture…

CHANTAGE

C’est sur ces entrefaites que survient la maladresse qui fait lever l’actuel lièvre : l’insane tentative de manipulation de Junior Zogo qui s’apparente clairement à un chantage. En effet, la semaine dernière, nous avons consacré l’essentiel des colonnes de nos éditions de lundi et de mardi à mieux voir clair dans la foire d’empoigne qui règne depuis quelque temps entre Alfred Nguini et le percepteur de l’ambassade. Ce d’autant plus qu’une correspondance attribuée à l’ambassadeur avait commencé à devenir virale sur les réseaux sociaux. Pour nous assurer que celle-ci était authentique, nous avons donc choisi de prendre langue avec un des proches de l’ambassadeur. Il s’agit de Mme Atangana Bessala Odile. Le 10 avril dernier à 11h 29mn nous lui posons cette question : « De quoi s’agit-il encore entre l’ambassadeur et le percepteur ? » La réponse de la proche collaboratrice de l’ambassadeur est…

(La suite en kiosque)

Installez l’Appli de Camer-Press pour suivre l’Actualité sur votre Téléphone via ce lien Play Store :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici